Quand on visite l’île de Penang c’est souvent synonyme de balades dans les rues de Georgetown. A la recherche des fameuses fresques murales d’enfants sur un vélo, ou de Bruce Lee se battant contre un chat. C’est vraiment l’attraction de la ville ! On s’est donc posé la question : comment la ville a pu devenir, en seulement quelques années, une référence en matière de street art ?

Étonnant car on a vite constaté qu’il n’y avait quasiment aucun balisage. C’était donc compliqué de repérer les principales œuvres de street art à Penang. Il n’y avait pas, non plus, d’informations sur Internet pour trouver une base de donnée à jour des œuvres. On s’est donc mis en tête de créer un petit parcours référençant un maximum d’œuvres.

Dans cet article, on a préparé un parcours complet d'une demi journée à la découverte du street art à Georgetown. Tu trouveras ici une Google map avec un itinéraire, ainsi que tous les spots à voir en photos.

Et si tu as des bons plans, des conseils ou d'autres spots à nous conseiller, n’hésite pas à les mettre en commentaire ! Si besoin, on mettra l'article à jour avec les meilleures recommandations !

1 - Petite histoire du street art à Penang


Tout démarre en 2009, lorsque que la ville de Penang, tout juste classée au patrimoine de l’UNESCO, décide de lancer l’initiative « Marking George town ». L’objectif est de raconter l’histoire des rues et du patrimoine local à travers une série de caricatures. Le challenge est remporté par « Sculpture at Work » avec ses caricatures de tige en acier appelées « Voices from the People ». Les rues sont alors renommées selon les métiers, les événements ou les personnes qui ont marqués l’histoire de la ville. 52 structures en acier sont alors installées aux endroits clés de la ville.

Une des structures du projet
Une des structures du projet "Marking George town"

Le Festival de Georgetown 2012 marque également un tournant dans le développement du street art à Penang. A cette occasion, la ville missionne l’artiste Ernest Zacharevic sur un projet appelé « Mirrors George Town ». L’artiste va alors créer, dans le centre historique de la ville, une série de graffitis racontant l’histoire de Penang et de ses habitants.

"Little children on a bicyle" la fresque la plus connue d’Ernest Zacharevic à Penang

Au fil des années, de nombreux artistes locaux se succédèrent tels que Vincent Phang, Yong Li Chuan et Ang Zu He. Ainsi que des artistes internationaux comme la russe Julia Volchkova ou encore l’allemand Karl Addison. La ville a alors créé de nouveaux festivals, ancrant ainsi un peu plus la réputation de Penang comme un lieu engagé dans le domaine du street art. Chaque festival aborde une thématique différente. Comme par exemple en 2013, le projet intitulé 101 Lost Kittens : 12 peintures murales représentants des chats et des chiens, afin de sensibiliser à la protection des animaux domestiques.

Ces grandes peintures murales ont, petit à petit, contribué à transformer l’image de ville musée que pouvait avoir Penang, en attirant l’attention d’un public international et plus jeune. Parfois au détriment des autres lieux touristiques de l’île d’ailleurs.

"Skippy Comes to Penang" l'histoire d'un chat handicapé qui marchait sur 3 pattes.

2 - Ça te dit un parcours pour découvrir le street art à Penang ?


Ci-dessous, tu trouveras une carte Google maps complète de toutes les œuvres, et quelques bonnes adresses que l’on a trouvées après quelques jours de recherche. Les hôtels fournissent généralement des cartes mais elles sont soit incomplètes, soit pas à jour, soit les deux… Il faut aussi savoir que certaines œuvres ont disparu avec le temps et que de nouvelles sont apparues. Par exemple, sur le Chew jetty, tu pourras toujours chercher pendant des heures l’oeuvre du garçon sur le bateau avec son chat, elle a été effacée par la pluie.

Le parcours débute sur Armenian street. C’est ici que les peintures de street art les plus connus se trouvent. Le départ se situe au niveau de l’hôtel Armenian House. Au passage, si tu cherches un hôtel pour ton séjour à Penang, c’est vraiment l’endroit parfait. Il est idéalement situé en plein milieu de la rue la plus animée de la ville. C’est calme, c’est propre, les propriétaires sont très sympa et le prix est correct (à partir de 16€).

Armenian house, une super adresse dans le centre de Penang
Armenian house, une super adresse dans le centre de Penang

On commence donc par plusieurs œuvres sur le mur bleu qui fait face à Soo Hong Lane : « Teach You Hokkien« , et « Wo Ai Nee Chinese Malay Indian » qui veut littéralement dire « I love you, Chinese, Malay, Indian ». En remontant ensuite vers le nord, tout de suite à droite dans la petite ruelle, il y a plusieurs œuvres qui sont, a priori, liées au restaurant Barista café.

En ressortant de la ruelle et en continuant sur la gauche en direction de la mosquée Masjid Melayu, tu verras une autre oeuvre d’Ernest Zacharevic : « Reaching Up« , un garçon qui essaie d’attraper une orange (ou autre chose d’ailleurs selon ce qu’on met sur la fenêtre). Juste en face tu as une petite ruelle assez jolie avec plusieurs dessins liés à la galerie Art of Dragon.

Une petite dizaine de minutes de marche te permettra ensuite de rejoindre le quartier des stands de street food, au coin des rues Lebuh kweng kwee et Jalan Penang. Ne rate pas la petite ruelle sur la gauche : Georgetown alley, avec un superbe mur recouvert de posters, ainsi qu’une peinture de vendeur de street food. Au-dessus des échoppes, tu verras une immense peinture intitulée « Chendol Boy ».

La prochaine fresque est l’une des plus grandes œuvres d’Ernest Zacharevic. Elle orne le mur d’un bâtiment le long de Penang road : « Awaiting Trishaw Paddler« . Elle rend hommage aux chauffeurs de trishaw qui se rassemblent à la station de l’autre côté de la rue.

Emprunte ensuite Muntri Street. Tu peux faire un arrêt en chemin au Ryokan muntri. L’homme à la bouche ouverte au dessus des alcôves est assez connu. Plus loin dans la rue, une autre oeuvre assez connue est celle de Julia Volchkova : « The Indian Boatman »

Légèrement sur la droite après la Love lane – devenue la Pub street de Penang – tu pourras apercevoir en hauteur deux autres œuvres d’Ernest Zacharevic de chaque coté de l’hôtel Chulia Mansion : « Girl with bird in her hair » et « Girl on a turtle« 

La dernière partie rassemble les meilleures oeuvres et les plus connues. Et oui, on a gardé le meilleur pour la fin 😉 On repart donc en direction de la vieille ville. Au niveau du restaurant Kapitan – à tester au passage, si tu veux goûter des plats indiens – tourne à droite en direction de Ah Quee Street. Ici tu trouveras trois street art assez connus : « Boy on a Bike« , « Little Boy with Pet Dinosaur » et « The Real Bruce Lee Would Never Do This« 

En continuant à droite sur Beach street, tu tomberas sur un parking avec une magnifique fresque par Karl Addison intitulé « Symbiotic ». En face une autre oeuvre « 4some » réalisée par quatre artistes locaux dans le cadre du Urban Exchange festival. En revenant en arrière, sur Chulia street, deux autres œuvres d’Ernest sont cachées dans des ruelles de chaque coté de la rue : « Children Playing Basketball » et  « Brother & Sister on a Swing ».

On termine avec l’Armenian street. il y a des œuvres tout le long de la rue, certaines un peu cachées et d’autres très visibles comme le fameux « Little Children on a Bicycle ». La plupart des œuvres font partie du projet 101 Lost Kittens mentionné en début d’article.

On arrive à la fin de ce parcours dans les rues de Penang, à la recherche des plus belles peintures murales. N’hésite pas à nous donner ton avis sur ce parcours en commentaire où nous indiquer si tu as vu des œuvres manquantes. Si ça t’intéresses l’aventure du street art continue à Ipoh, à deux heures de transports de Penang, sur le chemin des Cameron Highlands.

Quand on te disait que tout le monde venait à Penang pour le street art...
Quand on te disait que tout le monde venait à Penang pour le street art...

3 - Hin Bus Depot : un lieu d'exposition dédié à l'art à Penang

Heures d'ouverture : 12h00-20h00 (tous les jours et ouvre une heure plus tôt le weekend)


Le Hin Bus Depot à Penang
Le Hin Bus Depot à Penang

Construit en 1947, le Hin Bus Depot était un dépôt pour les «bus bleus». Après sa fermeture, il fut laissé à l’abandon pendant plusieurs années. Suite à son rachat dans les années 1990, de nombreux artistes – dont Ernest Zacharevic (oui encore) – y firent quelques très belles œuvres, ce qui annonça le début d’un nouvelle vocation pour ce lieu. Aujourd’hui, l’endroit est au cœur de nombreuses initiatives dans l’art, et a contribué à la réalisation de certaines des œuvres visibles pendant le parcours.

Petit aperçu du marché du Hin Bus Depot le dimanche
Petit aperçu du marché du Hin Bus Depot le dimanche
L'artiste Low Voon Mang, qui vend de superbes cartes postales sur le marché
L'artiste Low Voon Mang, qui vend ses oeuvres sur le marché

On te recommande vraiment d’y faire un tour. C’est assez proche du centre. L’idéal est d’y aller le dimanche, car il y a un marché local. L’ambiance est très familiale avec plein de bons produits et quelques artisans locaux. Bon et puisqu’on est là pour ça, il y a surtout quelques très belles œuvres que tu pourras découvrir dans le jardin du dépôt.

4 - Quelques liens pour aller plus loin


Tu as aimé ?

Aide nous en mettant un vote ou un petit like !

0/50 ratings

Fais tourner !

Partage cet article sur Pinterest et Facebook

Partagez
Enregistrer